Prix du cinéma suisse 2013

14. novembre 2012 - 16:53

Chers membres de l'académie

Vous avez reçu par mail une confirmation automatique pour les catégories où vous vous êtes inscrit(e) pour proposer des nominations. La plate-forme VoD et l’outil de vote en ligne sont disponible depuis le 5 novembre 2012. Il est possible de voter jusqu’au 29 janvier 2013 à midi.

Les films choisis pour Les Journées de Soleure qui se sont inscrits pour le Prix du Cinéma Suisse ne seront présentés qu’à la fin novembre-début décembre. Certains films qui sortent en salle à l’automne 2012 ne seront également visibles, à la demande des producteurs ou distributeurs respectifs, qu’une fois sortis au cinéma. Les membres de l’Académie seront tenus informés quand la totalité des films pourra être visionnée via la plateforme.

Voilà à la plateforme VoD

Le lien suivant vous permet d’accéder l’outil de vote en ligne

Processus de vote

10. octobre 2012 - 14:38

Le visionnement et le processus de vote pour le Prix du cinéma suisse 2013 démarrent le 5 novembre 2012.

Vous trouvez ci-joint des détails sur le processus de vote et sur la plateforme vidéo-à-la demande (VoD) dans une foire aux questions (FAQ) ainsi que le règlement de nomination.

Les membres qui ont payé la cotisation et se sont inscrits pour le processus des nominations, vont recevoir leur code d'accès personnel à la plateforme et au Votingtool (outil d'élection) par la poste directement par le notaire au début de novembre.

Une liste des films définitivement éligible à la nomination va être publiée à partir de mi-decembre.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue aujourd’hui à Berne, l’Office fédéral de la culture et ses partenaires ont présenté le Prix du cinéma suisse 2013, dont la remise aura lieu le 23 mars 2013 au Bâtiment des Forces Motrices (BFM) à Genève. Des innovations sont annoncées : les cérémonies auront lieu chaque année en alternance à Genève et à Zurich, et le «Quartz», le trophée qui récompense les lauréats, présentera dès l'an prochain un nouveau design. Genève et Zurich proposeront en outre des activités publiques en marge de l’événement. La SRG SSR poursuit son engagement en tant que partenaire médias et consacrera des émissions au Prix du cinéma suisse 2013.

L’Office fédéral de la culture, la SRG SSR, son partenaire médias, et ses nouveaux partenaires que sont la République et canton et la Ville de Genève ainsi que la Ville de Zurich ont présenté les contours du Prix du cinéma suisse 2013 tout récemment lancé. Depuis 2012 et l’entrée en vigueur du message culture, le Prix du cinéma suisse compte parmi les Prix fédéraux décernés par l’Office fédéral de la culture (OFC) dans les différents domaines de la création artistique. Jean-Frédéric Jauslin, directeur de l’Office fédéral de la culture: «La coopération entre les partenaires actuels et les nouveaux partenaires est extrêmement fructueuse et productive. Elle crée une nouvelle dynamique et vise à toucher un plus large public, ce dont le cinéma suisse ne peut que profiter. Cela tout en conservant l’idée de base qui est de mettre officiellement à l’honneur le cinéma suisse et de le promouvoir en lui donnant un coup de projecteur médiatique.»

Un événement tout public

L’introduction des nouvelles conditions-cadre a été l’occasion d’optimiser la stratégie du Prix du cinéma. La Nuit des nominations et la cérémonie de remise des prix connaissent des innovations. Le «Quartz» remis aux lauréats du Prix du cinéma 2013 aura également un nouveau design. Sous l’impulsion conjointe de la République et canton de Genève et des Villes de Genève et Zurich, le Prix du cinéma sortira du cercle restreint des professionnels du cinéma où il était confiné pour devenir un événement public allant au-delà de la simple cérémonie de remise des prix. Ivo Kummer, responsable de la section Cinéma de l’Office fédéral de la culture: «Un des objectifs importants du Prix du cinéma est d’aiguiser l’intérêt du public pour la diversité et la qualité du cinéma suisse. Le renforcement des échanges entre Suisse romande et Suisse alémanique montrera au public que les bons films ne connaissent pas de frontières.»

Genève et Zurich, deux pôles de cinéma

Genève et Zurich, où se déroulera l’événement, sont deux points d’ancrage de l’industrie du cinéma, qui ont de plus une riche tradition cinématographique. M. Sami Kanaan, conseiller administratif de la Ville de Genève, chargé du Département de la culture et du sport : «Genève aime le cinéma, celles et ceux qui le font. Le fait d’accueillir, en alternance avec Zurich, le Prix du cinéma suisse, est un symbole fort. Ce partenariat a pour but de servir un événement qui contribue à mettre en valeur le meilleur du cinéma de tout un pays. Notre engagement commun permettra aussi de jeter un pont entre deux pôles majeurs du soutien à la création et à la production cinématographique en Suisse.» Corine Mauch, présidente de la Ville de Zurich: «Zurich est une ville de cinéma. La ville apparaît dans un film suisse sur quatre et un quart des films suisses y sont produits. Zurich soutient le cinéma suisse, qui le lui rend bien. Aussi je me réjouis énormément que Zurich soit, avec Genève, l'hôte du Prix du cinéma suisse.»

Nouvelle Association «Quartz» Genève Zürich

La République et canton de Genève et les Villes de Genève et Zurich ont créé en août 2012 l’Association «Quartz» Genève Zürich, qui vise à soutenir le Prix du cinéma suisse. La présidence d’un an sera tournante. Charles Beer, président de l’Association «Quartz» Genève Zürich, conseiller d’Etat, chargé du département de l’instruction publique, de la culture et du sport : «Genève et Zurich ont derrière elles une longue tradition dans la production de films et de nombreux créateurs et professionnels y développent la culture cinématographique suisse. C'est donc tout naturellement que l'Association «Quartz» Genève Zürich vient concrétiser un partenariat, qui offrira au Prix du cinéma suisse une vitrine de qualité. Nous nous réjouissons des perspectives qu'ouvre cette collaboration, oeuvrant pour le cinéma et pour les échanges entre la Suisse romande et la Suisse alémanique.»

De précieux partenariats médiatiques

La SSR reste comme ces dernières années le partenaire médias du Prix du cinéma suisse 2013. Roger de Weck, le directeur général de la SSR: «La SSR investit chaque année plus de 20 millions de francs dans le cinéma suisse. S’y ajoute son engagement comme partenaire médias au Prix du cinéma suisse, auquel elle apporte un puissant soutien financier. C’est un engagement du service public pour la population et en faveur d’un cinéma créatif en Suisse. La SSR salue la décision d’attribuer le Prix du cinéma alternativement en Suisse romande et en Suisse alémanique : le cinéma suisse fait une fois de plus la preuve de sa capacité à dépasser les frontières des langues et des mentalités.»

Les noms de films et des acteurs nominés pour le Prix du cinéma suisse 2013 seront dévoilés le 30 janvier 2013 durant les Journées de Soleure, lors de la Nuit des nominations. Le nouveau Trophée «Quartz» sera également présenté à cette occasion.

Le Prix du cinéma suisse est un engagement de l’Office fédéral de la culture. Il est réalisé en partenariat avec la SSR et l’Association «Quartz» Genève Zürich et en collaboration avec Swiss Films, l’Académie du cinéma suisse et les Journées de Soleure.

L’Office fédéral de la Culture (OFC) lance la mise au concours du Prix du Cinéma Suisse 2013. La participation est soumise à une inscription. Celle-ci doit être soumise par le ou les ayants droit du film à SWISS FILMS jusqu’au 30 septembre 2012.

Le formulaire d’inscription avec le formulaire décharge «Plate-forme VOD pour la procédure de nomination par l’Académie du Cinéma Suisse» ainsi que la mise au concours sont ci-joint.

L'assemblée générale des membres de l'Académie du Cinéma Suisse aura lieu le dimanche 5 août 2012 à Locarno à l'hôtel BELVEDERE LOCARNO (Via ai Monti della Trinità 44 - 6600 Locarno). La réunion commencera à 16.00h et va durer jusqu'à 17.15h. Immédiatement après il y aura une table ronde. Plus d’informations vont suivre sous peu. Save the date please!

Honneur à un représentant d’une époque révolue: Charly Huser, étalonneur

Dans le cadre du prix du cinéma suisse «Quartz 2012», l’Académie du cinéma suisse a accordé une distinction à Charles Huser lors de la cérémonie du 17 mars. Nous publions pour l’occasion la version complète de l’éloge de Fredi M. Murer – comme Charles Huser, celui-ci «fait déjà partie des meubles» de l’industrie du cinéma suisse - qui en raison des consignes sévères de la programmation a dû être réduite à trois minutes.

Mesdames et Messieurs, chers accros du cinéma et du numérique, Nous le savons tous, mais je le répète volontiers une dernière fois: depuis l’invention de l’image mouvante, il y a près de 120 ans, le cinéma est et demeure soumis à une perpétuelle révolution. Où l’esprit pionnier de la technique a toujours une longueur d’avance sur celui de la création artistique. En effet, à peine les cinéastes ont-ils adopté une nouvelle technique que la suivante se présente à leur porte.

Ainsi, l’invention du cinéma sonore a mis fin à l’ère fabuleuse des films muets. Avec le premier film en couleur, il y a 71 ans, a commencé la disparition inexorable du noir et blanc comme l’a dit un jour Alain Tanner. L’anamorphose a chassé de nos salles le convivial format normal, et le son dolby-stereo-surround a éliminé le brave son mono, etc.

Pourtant, en ce jour, Mesdames et Messieurs, pour la première fois de la longue histoire du cinéma, nous sommes confrontés à une révolution technique, qui a des allures de véritable apocalypse! – À savoir, la perte de la culture du cinéma analogique.

Ce que nous avons littéralement tenu dans nos mains pendant plus de cent ans est sur le point de se dématérialiser, c’est-à-dire, de se dissoudre en plusieurs millions de pixels ne consistant qu’en chiffres. Virtuellement stockés sur des cartes mémoires minuscules ou des disques durs externes, dont on ne connaît ni la date de péremption ni la durée de demi-vie. – Je ne sais vraiment pas pourquoi nous sommes si contents! Dans un avenir prévisible, des labels tels que Kodak, Fuji, Agfa, Gevaert ou Ferrania ne se trouveront plus que dans des dictionnaires de mots étrangers. C’est pour cette raison que - pour les nostalgiques parmi vous - nous avons joint à votre invitation un vrai morceau de pellicule en acétate perforée avec un son optique analogique.

Une bande de film, d’ailleurs, qui est manifestement passée entre les mains d’un homme aux gants blancs, entre lesquelles ont également transités des centaines d’autres films suisses.

Dans le générique de fin, on lisait à chaque fois après son nom l’étrange mot: étalonneur. Il s’appelle Charles Huser, dit Charly. Aujourd’hui, il est exceptionnellement assis au premier rang. – Je te salue parmi nous! Cher Charly, au nom de l’Académie du cinéma et de toute la branche, je suis ravi de pouvoir te rendre hommage et louer ta contribution à l’industrie du cinéma suisse. – Grâce à ton regard affûté et ton engagement, tu as énormément contribué diffuser la magie du cinéma concrétisée par d’innombrables fictions et films documentaires.

Avant que je ne t’invite à monter sur scène, j’aimerais encore raconter quelques anecdotes te concernant: Charly Huser est venu au monde à Berne le 16 mars 1943 – il y a donc 63 ans – et 16 ans plus tard seulement, il entrait dans le cinéma d’Ostermundigen. Plus exactement: Charly a commencé en 1965 un apprentissage comme laboratin pour pellicule chez Schwarz-Filmtechnik Sàrl à Ostermundigen et fréquentait en même temps les cours de technicien de labo photo à l’Ecole d’art de Berne. Son maître d’apprentissage n’était autre que le légendaire pionnier du cinéma Edgar Schwarz. Au cours de ses 46 ans de carrière cinématographique, Charly a successivement été développeur, copiste, coupeur de négatifs, restaurateur de pellicule et finalement étalonneur pour films en noir/blanc et couleurs. Par la suite, prenant du galon, il est devenu cadre fondé de pouvoir et directeur de l’étalonnage noir-blanc et couleur. Une fois le labo passé aux mains d’Egli Film AG, il conserve son poste au sein de la direction.

Pour nous cinéastes - et tout particulièrement pour les caméramans - le nom de Charly était synonyme de fiabilité, de compétence professionnelle - et d’heures supplémentaires. Souvent il effectuait ces dernières de son plein gré, car il s’identifiait corps et âme à nos projets. Et lorsqu’une copie sortait de la machine à copier quelques heures seulement avant la première à Soleure ou à Locarno, il l’apportait en mains propres, parfois même encore un peu humide. Avec son sens aigu de la bonne densité lumineuse et de la température de couleur idoine, il composait à partir des différents réglages d’exposition un ensemble cohérent et insufflait ainsi une ultime étincelle de mystère à nos copies pour le cinéma.

Malgré son professionnalisme, Charly n’a jamais été un routinier revêche, il a su demeurer un passionné de cinéma mû par l’émotion. Souvent, au bouclage d’un film sur lequel il avait travaillé des semaines, il avait les larmes aux yeux. On trouve parmi ses clients tout ce qui a compté et compte encore dans ce pays en matière cinématographique, des ancêtres Franz Schnyder et Kurt Früh, jusqu’aux noms les plus connus en passant par les moins connus, couvrant au moins trois générations de cinéastes de notre pays. Mentionnons pour la bonne bouche deux de ses clients bien particuliers, Wim Wenders et Jean-Luc Godard.

A l’exception d’un bref crochet de 7 mois à l’Ecole d’art de Zurich en 1969, où il a suivi une formation son et image en participant à l’un des cours mythiques d’Hans-Heinrich Egger sur le travail cinématographique, Charly a été fidèle à la même maison 46 ans durant. Jusqu’à sa mise à la retraite anticipée il y a six mois, conséquence de la fermeture de sa chère entreprise victime de la révolution numérique.

Pourtant Charly ne fait pas partie de ces vétérans de l’analogique estimant que tout était bien mieux avant. Au contraire, il admire et jalouse peut-être même ses collègues du numérique disposant du potentiel quasi illimité du traitement numérique de l’image. Mais pas sans condition. Cet homme pétri de style et façonné au respect de l’authentique ne se résoudrait sans doute pas à transformer une image numérique originale totalement lisse en lui donnant un look très tendance de Super 8 grâce aux mirages de la technologie.

Comme je le connais, il préfère une vraie côtelette à une imitation de côtelette en tofu. Ce qui m’amène à la seconde passion qui anime Charly: l’art culinaire. Une passion, c’est indéniable, qui le rend tout aussi heureux que l’étalonnage. © Fredi M. Murer / 16.3.2012

Le 17 mars prochain, le cinéma suisse sera à la fête au KKL Luzern. Des personnalités politiques et culturelles remettront le Prix du Cinéma Suisse «Quartz 2012» aux lauréats dans neuf catégories. La distinction dans la catégorie «Meilleur film de fiction» constituera le point d’orgue de la soirée de gala. Avec six nominations chacun, les longs métrages «Der Verdingbub» et «Eine wen iig, dr Dällebach Kari» sont les grands favoris de l’événement. Le prix d’honneur revient cette année au réalisateur et auteur Rolf Lyssy.

Samedi 17 mars, à partir de 16h30, les stars du septième art helvétique fouleront le tapis rouge du KKL Luzern aux côtés de nombreuses personnalités du monde de la culture, de la politique et de l’économie pour assister à la remise des «Quartz 2012». C’est à Susanne Kunz, présentatrice de la TV alémanique SF, qu’il appartiendra d’animer la cérémonie d’une heure et demie, devant un parterre de 850 invités. Le Christoph Walter Orchestra assurera quant à lui le faste de cette grande fête du cinéma.

Les Prix du Cinéma Suisse «Quartz 2012» seront remis par les éminentes personnalités suivantes: les actrices Irène Jacob et Marie Leuenberger, le réalisateur et acteur Dani Levy, la réalisatrice et artiste Emmanuelle Antille, le cinéaste Jean-Stéphane Bron, le chef-opérateur Ueli Steiger, le musicien Dieter Meier, la poétesse slam Daniela Dill et le directeur artistique du Festival del film Locarno Olivier Père.

La remise des prix est une manifestation de l’Office fédéral de la culture en collaboration avec le partenaire média SRG SSR et SWISS FILMS. Les partenaires sont l’Académie du Cinéma Suisse, les Journées de Soleure, la Ville de Lucerne et le KKL Luzern.

Distinction pour le réalisateur et auteur Rolf Lyssy
Rolf Lyssy reçoit le prix d’honneur pour son œuvre extraordinaire. Avec «Les faiseurs de Suisses» (1978), il a créé le film helvétique qui a eu plus grand succès au cours des 50 dernières années. Sa carrière a démarré en 1964: il a collaboré aux films de Reni Mertens et Walter Marti ainsi qu’avec Alain Tanner. Sa dernière œuvre «Ursula – Leben in Anderswo» (2011) renoue avec le film «Ursula oder das unwerte Leben» (1966) de Mertens et Marti. Il a obtenu ses premières reconnaissances en tant que réalisateur et auteur en 1975 avec le long métrage «Konfrontation», l’histoire d’un attentat sur un chef de groupe nazi à Davos. En 40 ans de carrière, il a créé une œuvre diversifiée avec aussi bien des films de fiction que des documentaires. Dans le livre «Swiss Paradise», Lyssy a décrit la crise existentielle dans laquelle le réalisateur a sombré à la fin des années 90. L’inoubliable «Les faiseurs de Suisses» a été suivi des films «Teddy Bär» (1983) et «Leo Sonnyboy» (1989) également couronnés de succès. Parmi ses documentaires réalisés au cours de la dernière période, on relèvera les films «Schreiben gegen den Tod» (2002), «Wäg vo de Gass!» (2004), «Die Vitusmacher» (2005) et «Hard(ys) Life» (2009). Le chef de la section cinéma de l’Office fédéral de la culture, Ivo Kummer, remettra le «Quartz» d’honneur à Rolf Lyssy lors de la cérémonie.

Pour la 15e fois les Prix du Cinéma Suisse «Quartz» ont été remis le 17 mars 2012 au KKL Luzern. Dans neuf catégories des prix ont été attribués. Avec pas moins de trois prix le long métrage italophone «Summer Games» («Jeux d'été») est le grand vainqueur de la soirée. L’actrice Carla Juri et les acteurs Max Hubacher et Stefan Kurt occupent également les premières places parmi les meilleurs de l’année.

Les gagnants
Trois récompenses vont au film «Summer Games» (production: Peacock Film, Zurich): le réalisateur Rolando Colla a reçu des mains du directeur du festival de Locarno, Olivier Père, le «Quartz» du «Meilleur film de fiction»; en même temps il a reçu conjointement avec Pilar Anguita-MacKay le «Quartz» du «Meilleur scénario» remis par la slam poète Daniela Dill. «Summer Games» a également été récompensé du prix de la «Meilleure photographie» remis pour la première fois ; le chef-opérateur Ueli Steiger a donné ce «Quartz» à Lorenz Merz. Carla Juri, l’actrice principale du film «Eine wen iig, dr Dällebach Kari» a gagné le prix de la «Meilleure interprétation féminine» et recevait le trophée des mains de la comédienne Irène Jacob. Max Hubacher a été récompensé pour le rôle titre du film «Der Verdingbub» en tant que «Meilleure interprétation masculine»; le trophée a été attribué par le réalisateur et l’acteur Dani Levy. Pour son rôle de Bösiger dans le même film l’acteur Stefan Kurt a reçu le «Quartz» de la catégorie «Meilleure interprétation dans un second rôle» des mains de l’actrice Marie Leuenberger.

Dans la catégorie «Meilleur documentaire» le trophée créé par l’artiste Alfredo Häberli a été remis par le réalisateur Jean-Stéphane Bron au film «Vol spécial» de Fernand Melgar (production: Climage, Lausanne). Le film «Du&Ich» de Esen Isik (production: maximage, Zurich) a été sacré «Meilleur court métrage», prix donné par la réalisatrice et artiste Emmanuelle Antille. L’artiste et musicien Dieter Meier a décoré Peter Bräker, Balz Bachmann et George Vaine avec le «Quartz» de la «Meilleure musique de film» pour la composition pour le film «Day Is Done».

Les lauréates et lauréats ont été désignés par les membres de l’Académie du Cinéma Suisse. La cérémonie de remise du Prix du Cinéma Suisse est une manifestation de l’Office fédéral de la culture en collaboration avec le partenaire média SSR SRG et avec SWISS FILMS.

«Prix spécial de l’Académie»
Le «Prix spécial de l’Académie» a été attribué à Gion-Reto Killias pour le montage des trois films nominés «Abrir puertas y ventanas», «Day Is Done» et «Eine wen iig, dr Dällebach Kari». Ce prix a été remis par le président de l’Académie du Cinéma Suisse Christian Frei.

Prix d’honneur
Le réalisateur et auteur Rolf Lyssy est honoré pour son œuvre exceptionnelle (cf. communiqué de presse du 1er mars 2012). Avec le film « Les faiseurs de Suisses » (1978) il a réalisé le film suisse qui a eu le plus grand succès au cours des 50 dernières années. L’œuvre de Lyssy comprend d’autres fictions qui ont rencontré l’adhésion du public ainsi que plusieurs documentaires comme le film «Ursula – Leben in Anderswo» tourné en 2011. Ivo Kummer, le chef de la section du cinéma à l’Office fédéral de la culture a fait l’éloge du cinéaste à la carrière cinquantenaire et a remis à Rolf Lyssy le Prix d’honneur «Quartz».

De la pellicule 35mm au cinéma numérique
Au nom de l’Académie du Cinéma Suisse Fredi M. Murer a remis à Charly Huser une reconnaissance pour ses mérites en tant qu’étalonneur pendant 46 ans aux laboratoires Schwarz Film AG.

Cérémonie de remise des prix
La présentatrice Susanne Kunz a animé en deux langues la cérémonie pour les 850 hôtes issus du monde de la culture, de la politique et de l’économie. Le cadre musical a été donné par Christoph Walter Orchestra.

La Nuit du Cinéma Suisse
Les programmes télévisuels de la SSR ont consacré sur RTS un, RSI LA 1, SF et SF zwei une soirée chacune au cinéma suisse. En plus des comptes rendus du Prix du Cinéma Suisse «Quartz 2012» ils ont montré des films helvétiques à succès et des reportages sur le cinéma suisse.

Pour en savoir plus, veuillez consulter le site du Prix du Cinéma Suisse http://www.prixducinemasuisse.ch/

Les lauréats des «Quartz 2012» sur un coup d’oeil

Meilleur film de fiction
«Summer Games» («Jeux d'été») de Rolando Colla / Peacock Film, Zurich

Meilleur documentaire
«Vol spécial» de Fernand Melgar / Climage, Lausanne

Meilleur court métrage
«Du&Ich» de Esen Isik / maximage, Zurich

Meilleur scénario
Rolando Colla & Pilar Anguita-MacKay pour «Summer Games» / Peacock Film, Zurich

Meilleure interprétation feminine
Carla Juri dans «Eine wen iig, dr Dällebach Kari» de Xavier Koller / Catpics, Zurich

Meilleure interprétation masculine
Max Hubacher dans «Der Verdingbub» de Markus Imboden / C-Films, Zurich

Meilleure interprétation dans un second rôle
Stefan Kurt dans «Der Verdingbub» de Markus Imboden / C-Films, Zurich

Meilleure musique de film
Peter Bräker, Balz Bachmann et George Vaine pour «Day Is Done» / Okofilm Productions, Zurich

Meilleure photographie
Lorenz Merz pour «Summer Games» / Peacock Film, Zurich

Prix spécial de l’Académie
Gion-Reto Killias pour l'excellence du montage des trois films «Abrir puertas y ventanas», «Day Is Done» et «Eine wen iig, dr Dällebach Kari»

Eloge
Pour trois films qui ne pourraient pas être plus différents, Gion-Reto Killias par son travail sur le montage a su trouver le bon langage et le bon rythme. Signes distinctifs de son travail sont le traitement sensible des émotions et le fait qu'il ouvre et donne accès à une dramaturgie pluridimensionnelle.

Prix d'honneur:
Rolf Lyssy

Nominees Luncheon

28. février 2012 - 11:22

Le samedi 25 février 2012 nous avons fêté les nominés du Prix du Cinéma Suisse « Quartz 2012 ».

À l'occasion du deuxième Nominees Luncheon de l’Académie du Cinéma Suisse au cinéma Riffraff à Zurich le directeur de l’Office fédéral de la culture, M. Jean-Frédéric Jauslin, et le président de l’Académie du Cinéma Suisse, M. Christian Frei ont remis personnellement le document de nomination aux nominés.

Ont été honorées les prestations spéciales dans les neuf catégories suivantes : meilleur film de fiction, meilleur documentaire, meilleur court métrage, meilleur scénario, meilleure interprétation féminine, meilleure interprétation masculine, meilleure interprétation dans un second rôle, meilleure musique de film et pour la première fois meilleure photographie.

Ci-joint une photo de groupe avec les nominés.

Merci beaucoup à tout le monde en particulier à Alberto Venzago pour les photographies magnifiques(sur notre site Facebook).