Le Prix spécial de l'Académie

Une commission de nomination désignée par le Département fédéral de l'intérieur, composée de cinq membres de l'Académie, soumet chaque année à l'Office fédéral de la culture une proposition pour le prix spécial de l'Académie. Ce prix récompense une performance exceptionnelle de nature technique et/ou artistique qui n'entre pas dans le cadre de l'une des 13 catégories, par exemple: équipements, maquillage, costumes, effets visuels, casting, etc.

Le Prix spécial est doté de CHF 5000.

Spezialpreis der Akademie

Prix spécial de l’Académie 2021

Le Prix spécial de l’Académie est décerné à la costumière Linda Harper pour sa contribution aux films « Von Fischen und Menschen », « Platzspitzbaby » et « Spagat / ШПАГАТ».

Motivation de la commission de nomination :

Linda Harper crée des costumes qui ont tous une intention, mais sans jamais en faire trop. Grâce à sa longue expérience, elle parvient à donner une identité crédible aux personnages qui les portent,  toujours avec discrétion et originalité, remportant haut la main le défi esthétique risqué de l’ordinaire, voire parfois de la laideur. Pour chacun de ses vêtements, elle sait tout l’art de procéder à un choix de couleurs qui facilite le montage, permettant de déplacer des scènes sans que cela ne pose des problèmes de raccords.

 

 

Spezialpreis 2020

Le Prix spécial de l’Académie est décerné au chef éclairagiste Ernst Brunner pour sa contribution aux films « Tambour Battant » et « Sekuritas ». 

Motivation de la commission de nomination :

L’agencement des ombres et de la lumière est l’une des tâches les plus exigeantes dans le milieu du cinéma. Les éclairagistes sont plus souvent dans l’ombre que sous les projecteurs. Ernst Brunner a l’esprit créatif et est un chef d’équipe modeste. Nombreuses sont les productions qu’il a marquées de son empreinte.

 

Spezialpreis der Akademie 2019

Le Prix spécial de l’Académie 2019 est décerné à la costumière Monika Schmid et à la scénographe Su Erdt pour la puissance d’évocation des costumes et des décors historiques dans le film « Zwingli ».

Motivation de la commission de nomination :
« Zwingli » séduit par l’authenticité des costumes et le réalisme des décors. La passion et le goût de la précision des deux lauréates transparaissent avec éclat dans chaque scène. Costumes et décors contribuent à la réussite d’une vaste fresque historique comme le cinéma suisse en produit peu.

Spezialpreis 2016

Le prix spécial de l’Académie 2016 va à deux ingénieurs du son. Guido Keller pour le mixage de « Köpek » et Jacques Kieffer pour le mixage de « Above and below ». Observant un équilibre précis entre tous les éléments de la bande-son, ils créent une dramaturgie convaincante qui devient un des moteurs de la narration. Précise et serrée, mais jamais criarde ou visant à l’effet. Keller et Kieffer sont partenaires au sein de Magnetix Tonstudios à Zurich, un groupe de créateurs sonores à qui l’on doit pour une bonne part le son extrêmement soigné que le cinéma suisse produit depuis des décennies.

Patrick Lindenmaier a travaillé sur onze films concourant au Prix du Cinéma Suisse 2015, en offrant sa grande sensibilité, son savoir-faire précieux et son inventivité inépuisable, afin de permettre à chaque film de trouver son esthétique et son atmosphère visuelle singulières. C’est un technicien fort chevronné, un artiste, dont le travail prodigieux rassemble les diverses régions de la Suisse et fait rayonner durablement la qualité de notre cinéma dans le monde.

Née à Lausanne, Françoise Nicolet se forme dans l’architecture, puis s’installe au Danemark où elle travaille comme chef de plateau dans les grands théâtres de Aarhus et Copenhague. En 1981, elle se spécialise dans la création de costumes de films. Après plus de 70 tournages, cinéma, tv et plus de 300 films publicitaires à travers le monde, Françoise Nicolet acquiert une solide expérience en travaillant sur de nombreuses co-productions internationales, avec les grands noms du cinéma. A ce jour, elle est installée à Vevey, où elle continue de travailler, en Suisse et à l’étranger.

Le montage de Karine Sudan fait du voyage de ce couple de bergers un road movie à la fois touchant et passionnant. Porté par un sens très sûr du rythme, le film donne à voir dans un âpre paysage hi-vernal une histoire faite de poésie, de chaleur et d’humanité.

Gion-Reto Killias pour l'excellence du montage des trois films «Abrir puertas y ventanas», «Day Is Done» et «Eine wen iig, dr Dällebach Kari».
Pour trois films qui ne pourraient pas être plus différents, Gion-Reto Killias par son travail sur le montage a su trouver le bon langage et le bon rythme. Signes distinctifs de son travail sont le traitement sensible des émotions et le fait qu'il ouvre et donne accès à une dramaturgie pluridimensionnelle.

Éloge du jury: «Les décors de Gerald Damovsky contribuent essentiellement à créer l'atmosphère terriblement lugubre de «Sennentuntschi», qui en fait du thriller alpin imposant, profond et résoluement non helvétique.»
Rendre la mise en scène d'un film invisible, voilà ce qui imprègne les décors de Gerald Damovsky. Il offre ainsi volontairement au spectateur un espace de liberté dans lequel il peut développer ses propres visions, se couper de la réalité et plonger dans la fiction. Parallèlement à d'innombrables spots publicitaires, il s'est vu décerner le «Zürcher Filmpreis» pour le film «Mein Name ist Eugen».
«Sennentuntschi» est, après «Mein Name ist Eugen», sa deuxième collaboration avec Michael Steiner.